Vous êtes dans la catégorie

Catégorie : stress, anxiété

5 clés pour se libérer du perfectionnisme grâce à l'EFT
EFT, tapping

5 clés pour se libérer du perfectionnisme grâce à l’EFT

Vous connaissez cette petite voix dans votre tête qui vous pousse toujours à en faire plus? qui vous impose d’être parfaite en toutes circonstances? Malheureusement, comme dit le proverbe : “la perfection n’est pas de ce monde”…et poursuivre cette illusion peut être épuisant !   Alors plutôt que de perdre votre temps et votre énergie à atteindre l’inatteignable, je vous propose de dire ensemble “Adieu” à votre perfectionnisme grâce à l’EFT!      Qu’est-ce que le perfectionnisme ? Le perfectionnisme est cette tendance à vouloir que tout soit parfait, que ce soit dans votre travail, votre maison ou votre rôle de maman. Cela signifie souvent fixer des standards extrêmement élevés et être très critique envers soi-même. Bien que cela puisse être une qualité en certaines circonstances, le perfectionnisme peut rapidement devenir un fardeau. Il est souvent source de stress, d’anxiété et vous maintient malgré vous dans une insatisfaction chronique. Ces freins internes qui nous poussent au perfectionnisme Mais d’où vient cette quête de perfection ? Notre perfectionnisme trouve très souvent sa source dans des freins internes qui échappent à notre conscience. Pour vous aider à les débusquer, voici les principaux : Peur de l’échec : La crainte de ne pas être à la hauteur ou de décevoir les autres peut nous pousser à vouloir tout faire parfaitement. Besoin de contrôle : Le perfectionnisme est souvent une manière de tenter de contrôler son environnement et de réduire l’incertitude ou l’insécurité que l’on ressent. Manque de confiance en soi : Les personnes perfectionnistes doutent souvent de leur valeur personnelle et pensent qu’elles doivent sans cesse prouver leur valeur au travers de leurs actions. Pression sociale et familiale : Les attentes de la société, de la famille ou des amis peuvent alimenter ce besoin d’être parfaite. L’exposition aux réseaux sociaux est notamment une phénomène qui engendre de plus en plus de pression et d’auto-critique.  Héritage émotionnel : Parfois, le perfectionnisme se construit dès l’enfance, au travers de vos expériences, des réactions de votre entourage, notamment  lorsque les éloges et l’amour étaient conditionnés à des performances impeccables. 5 clés pour lever ces freins grâce à l’EFT? L’EFT fait partie de ce qu’on appelle les thérapies psycho-corporelles, c’est à dire qui agissent de façon holistique à la fois sur le corps et sur le mental. Très simple à utiliser en auto-soin, l’EFT peut vous aider à lutter contre le perfectionnisme au quotidien en déconstruisant vos schémas d’actions et de pensées toxiques.    Voici donc ici les 5 clés qui permettent de déconstruire le perfectionnisme et comment les travailler grâce à l’EFT :   Accepter ses imperfections Chaque fois que l’on pratique une ronde EFT, on utilise une phrase d’amorce qui se termine ainsi “je m’accepte profondément et complètement”. Cette phrase est prononcée en tapotant ou en massant le point Karaté situé sur le côté de la main afin d’ancrer cette affirmation dans chacune de vos cellules.   Par l’association de cette phrase avec l’activation du point d’acupressure ciblé, vous envoyez directement à votre corps et à votre cerveau un message d’acceptation profonde de vos imperfections. Vous vous autorisez à reconnaître l’existence de ces imperfections comme étant une part de vous mais à vous aimer malgré cela. L’EFT est un outil profondément puissant pour travailler l’acceptation de soi!  Réduire le stress et l’anxiété 43% ! C’est le taux de réduction du stress et de l’anxiété chez les personnes qui utilisent l’EFT (un pourcentage encore plus élevé que dans les thérapies verbales!). En tapotant sur les points énergétiques du corps, vous activez la réponse de relaxation du système nerveux, ce qui diminue votre niveau de cortisol (l’hormone du stress). En quelques minutes, vous vous sentez plus calme et centré. Et cela vous permet de gérer plus facilement les défis quotidiens sans se sentir submergé par la pression. Transformer ses pensées négatives L’une des forces de l’EFT réside dans sa capacité à transformer les pensées négatives en affirmations positives pour modifier profondément les schémas de pensées! En identifiant les pensées perfectionnistes comme “Je ne suis jamais assez bonne” et en les reformulant pendant les séances de tapotement, vous pouvez changer progressivement votre dialogue interne. Par exemple, remplacer “Je dois toujours être parfaite” par “Je fais de mon mieux, et c’est suffisant” vous aidera à adopter une attitude plus bienveillante envers vous-même et à cultiver l’estime de soi. Se reconnecter à soi L’EFT permet également de se reconnecter à soi et à ses valeurs profondes. En activant les points d’acupression et en réfléchissant à ce qui est vraiment important pour vous, vous pouvez clarifier vos priorités et redéfinir vos standards en fonction de vos valeurs personnelles plutôt que des attentes externes. Cela vous aidera incontestablement à créer une vie plus authentique et alignée avec qui vous êtes réellement. Cultiver la bienveillance envers soi-même Vous l’aurez compris, la pratique de l’EFT encourage la bienveillance et l’auto-compassion! Les affirmations utilisées durant les séances, comme “Je mérite d’être aimée telle que je suis même si je ne suis pas parfaite”, favorisent le self-care et vous aident à cultiver des émotions de hautes vibrations. Mais surtout, l’activation des points d’acupressure permet de dissoudre les blocages internes, les croyances limitantes qui sont en lien avec ces phrases. Ainsi, chaque part de vous peut admettre et accepter que vous avez le droit d’être imparfaite et d’aimée malgré cela!💕   Conclusion Le perfectionnisme n’a pas sa place dans votre quête de bonheur et d’épanouissement. En appliquant ces techniques d’auto-soin, vous pouvez libérer votre potentiel et vivre une vie plus sereine et authentique. Vous méritez de vous sentir bien dans votre peau et de vous épanouir dans tous les aspects de votre vie.   Alors, êtes-vous prêtes à dire adieu au perfectionnisme et à accueillir une nouvelle façon de vivre ? Essayez ces outils dès aujourd’hui et voyez la différence. Vous êtes formidables, imparfaites et tout simplement merveilleuses. Continuez à briller !✨ Ecrit parCéline Rémondière PrécédentSuivant VOUS DEVRIEZ EGALEMENT AIMER

Lire la suite »
stress, anxiété

5 outils simples pour réguler le stress maternel

9 personnes sur 10 souffriraient de stress à l’heure actuelle! Et si vous lisez cet article, c’est probablement que vous en faites partie.   Même si, à l’origine, le stress est une réaction naturelle de notre organisme pour nous protéger du danger, il est devenu aujourd’hui un véritable fléau qui peut nous gâcher l’existence. Les sources de stress sont nombreuses dans notre quotidien et déclenchent à tout bout de champ notre mécanisme de réponse interne : les imprévus du quotidien, les embouteillages, une contrariété au travail, une dispute…Vous voyez de quoi je parle?   A petite dose, le stress n’est pas un problème en soi. En revanche, lorsqu’il s’accumule au long de la journée, voire même qu’il devient chronique, il peut faire des ravages sur notre équilibre émotionnel et même notre santé physique. Dans cet article, je vous donne des clés pour mieux comprendre les mécanismes internes du stress et pour apprendre à le réguler au quotidien.  Comprendre les mécanismes du stress Faisons un petit point neurosciences 🧠 pour mieux comprendre les mécanismes internes du stress!   Lorsque nous sommes face à un danger ou à une insécurité, une partie de notre cerveau appelée “amygdale” s’active pour déclencher la réponse au stress.  Cette amygdale transmets à notre système nerveux l’information au moyen d’une hormone appelée le cortisol (vous en avez peut être entendu parler sous le nom d’hormone du stress). Une fois informé, le système nerveux déclenche la réaction de stress dans l’ensemble de notre corps et le prépare pour la fuite ou le combat.  Les signes de stress La réaction de stress est généralement accompagnée de symptômes physiques facilement identifiables.   Certaines de ces réactions sont immédiates et nous indiquent clairement que nous notre réaction au stress s’active :   -tensions musculaires -oppression ou difficulté à respirer -boule au ventre -gorge nouée -mains moites -accélération du rythme cardiaque…   D’autres réactions sont plus insidieuses et se mettent place de façon plus lente. Elles sont en général en lien avec un stress chronique cette fois, et peuvent affecter aussi bien la santé physique que mentale :  -troubles du sommeil -migraines -douleurs chroniques (au dos notamment) -troubles de l’appétit -irritabilité…   Identifier les signes d’un stress qui se chronicise est déjà un premier pas pour pouvoir en sortir! Comment sortir efficacement du stress? Comme je l’ai dit plus haut, le problème à l’heure actuelle, c’est que nous sommes en permanence soumis à des situations de stress et que notre amygdale est constamment surchargée. Notre système nerveux est constamment sollicité et a du mal à s’apaiser.    Il paraît difficile d’avoir un quelconque contrôle sur les éléments extérieurs qui génèrent de l’anxiété : les personnes et les situations toxiques, les imprévus du quotidien, les problèmes de voiture, les disputes des enfants… Bien sûr, on peut essayer de s’éloigner au maximum de ces situations, mais pour ce qui est du stress maternel, cela paraît difficile à moins de fuir la maison!   La solution? Trouver des moyens d’auto-réguler son stress au quotidien pour apaiser le système nerveux et éviter de tomber dans l’anxiété chronique.  5 outils pour auto-réguler son stress au quotidien Un stress chronique est un état d’alerte intense, qui ne faiblit pas ou très peu, sur une période prolongé. Pour casser le cercle vicieux du stress chronique, le moyen le plus efficace est de trouver des outils pour le faire baisser régulièrement au quotidien. Plus vous allez libérer de stress dans la journée, et plus vous allez agir rétablir le bon équilibre de votre système nerveux.  Pratiquer la gratitude Pratiquer la gratitude ou encore les affirmations positives, c’est entraîner son cerveau à voir les choses du bon côté et donc à appréhender les situations du quotidien avec plus de sérénité!    Un exercice tout simple mais déjà très efficace consiste à noter chaque soir 3 choses qui vous ont procuré du plaisir dans votre journée et pour lesquelles vous êtes reconnaissante. Attention, le but n’est pas de noter les trois premières banalités qui vous passent par la tête! Choisissez des situations, des phrases, des personnes qui vous procurent réellement un sentiment de joie et de réconfort lorsque vous y pensez.  Respirer Cela paraît tout bête, mais prendre un instant pour se focaliser sur sa respiration permet de se décentrer de la situation stressante et donc de couper le circuit de réponse du système nerveux!   Il existe de nombreux exercices de respiration. En voici un très simple à mémoriser que vous permettra de réguler votre montée de stress:   La respirations carrée : fermez les yeux et visualisez dans votre tête un carré, chaque côté représente une phase de l’exercice. Inspirez par le nez pendant 5 secondes, bloquez l’air dans les poumons pendant 5 secondes. Puis soufflez par la bouche pendant 5 secondes, et enfin rester poumons vides pendant 5 autres secondes. Recommencez ce tour de carré plusieurs fois de suite si vous en ressentez le besoin jusqu’à ce que la tension retombe.  Faire une ronde EFT “à vide” L’EFT est une des méthodes les plus efficaces pour faire tomber rapidement le stress. En agissant directement sur l’amygdale, elle permet de réguler le système nerveux en l’espace de quelques secondes seulement.    Pour vous simplifier les choses et pouvoir gérer efficacement “dans l’urgence”, je vous conseille de faire ce qu’on appelle une ronde à vide. Cela consiste à réaliser une ronde classique d’EFT mais sans prononcer les phrases d’amorce et de rappel. On se contente de tapoter sur chaque point d’activation en respirant calmement, jusqu’à ce que la pression retombe.    Une ronde d’EFT ne vous prendra pas plus d’une minute. Si vous souhaitez en savoir plus sur cette méthode et tester tout de suite votre première ronde, vous trouverez le tuto complet dans mon Guide de démarrage à télécharger.  👇 Masser les points d’acupressure Il existe à la surface de notre peau de nombreux points sensibles directement accessibles par le toucher. Ce sont notamment ces points qui sont utilisés dans l’EFT dont je vous parlais au paragraphe précédent.   Certains de

Lire la suite »
syndrome épuisement maternel
stress, anxiété

Syndrome d’épuisement maternel : savoir reconnaître les signes

Vous vous sentez épuisée, submergée par les tâches à la maison? Vous avez du mal à vous entendre penser et parfois, vous vous surprenez à ne plus pouvoir supporter vos enfants? Rassurez-vous, cela ne fait pas de vous une mauvaise mère, et surtout, vous êtes loin d’être la seule dans ce cas. Ces symptômes peuvent être les premiers signes de l’épuisement maternel, un phénomène que connaissent environ 34% des femmes au cours de leur vie de mère (vous voyez, je vous avez dit que vous n’étiez pas seule!). Heureusement, cet état que vous ressentez n’est pas une fatalité, et vous allez pourvoir agir avant d’atteindre le point de non retour.    Dans cet article, je vous donne les clés pour mieux comprendre le processus d’évolution de l’épuisement maternel et surtout pour le prévenir efficacement au quotidien. C’est parti! Qu’est-ce que l’épuisement maternel? Le syndrome d’épuisement maternel, appelé aussi burn-out maternel, est décrit comme un état d’épuisement important vécu par des femmes dans leur rôle de mère et dans la gestion quotidienne de leur(s) enfant(s). Ces femmes se sentent submergées par une fatigue intense, autant physique que morale, et dont elles n’arrivent pas à se sortir.   La combinaison de deux ingrédients Le burn-out maternel est le résultat de la combinaison de deux ingrédients : l’exposition à un stress maternel chronique : c’est à dire des situations stressantes qui se répètent quotidiennement sur une période prolongée; et l’absence de ressources suffisantes pour compenser ce stress : il s’agit de la capacité, propre à chacune, de gérer ces situations et de faire retomber le stress pour préserver son énergie.  Ne pas confondre… Burn-out et post-partum : la dépression post-partum (le fameux “baby blues”) est une période bien définie qui survient dans les premiers jours suivant la naissance du bébé et .principalement due à des bouleversements hormonaux.  Le burn-out maternel, lui, peut survenir à n’importe quel âge de l’enfant. Les deux périodes les plus à risque sont la petite enfance et l’adolescence, mais un burn out peut tout à fait se déclarer sur d’autres tranches d’âge!  Burn-out et dépression : contrairement à la dépression qui impacte l’ensemble des sphères de la vie (privée et professionnelle), le burn-out maternel ne touche quant à lui que la sphère parentale. Les ressentis et les plaintes sont principalement (et en premier lieu) en lien avec le rôle de mère, même si à un stade avancé elles peuvent se généraliser à d’autres domaines.  Les 3 stades de l’épuisement maternel Fort heureusement, un burn out ne survient pas du jour au lendemain. Il suit un lent processus d’évolution en 3 phases, chacune avec ses particularités.  Phase 1- L’épuisement émotionnel La caractéristique principale de cette phase est la perte d’énergie significative. Vous ressentez une fatigue intense, vous avez du mal à récupérer même en dormant bien. Vous commencez à ne plus avoir les idées claires et à vous sentir moins productive au quotidien. Phase 2- Le désintérêt Face à cet épuisement généralisé, vous mettez en place des stratégies d’évitement. Cela se manifeste souvent par une distanciation avec les enfants, qui peut même aller jusqu’à la distanciation physique et même affective (avoir du mal à faire des câlins, à montrer ou à dire aux enfants qu’on les aime…).   Vous commencez à désinvestir le temps passé avec eux et à ne plus arriver à y trouver de plaisir.  Vous enclenchez le mode “pilote automatique” Phase 3- Le reniement de soi Vous prenez conscience du décalage, du contraste insupportable entre l’idéal que vous aviez de votre vie de maman, et la réalité actuelle que vous vivez. Vous réalisez que vous n’êtes pas la mère que vous espériez tant être (ou que vous avez été un jour) et vous commencez à totalement perdre foi en vous. Malgré tous vos efforts pour vous protéger, vous finissez par arriver à saturation de vos ressources : c’est le burn-out. Les premiers signes à repérer La perte de vitalité Comme nous l’avons dit précédemment, le premier signe d’alerte est la perte importante d’énergie, qui associe fatigue physique et mentale. Cette fatigue peut être d’autant plus importante si vous rencontrez des troubles du sommeil. Insomnies, cauchemars, réveils nocturnes sont des symptômes fréquents en période de stress et peuvent sur-aggraver votre baisse de vitalité.  Les troubles de l’humeur Un autre signe d’alerte fréquemment observé est  l’hypersensibilité, c’est à dire des réactions émotionnelles exacerbées par rapport à d’habitude (il est très important de noter cette différence avec un état habituel).   Cette hypersensibilité peut se manifester sous forme d‘irritabilité, des colères plus fréquentes, l’envie de pleurer pour un rien… Les douleurs Durant cette phase, de nombreuses personnes décrivent également l’apparition de certaines douleurs corporelles ciblées (maux de tête, douleurs au dos…).    Il peut s’agir également d’un augmentation des douleurs chroniques que vous aviez déjà auparavant mais qui ont tendance à devenir plus présentes.  Bien sûr, chaque symptôme pris isolément peut être lié à tout autre chose qu’un burn out. Je pense notamment aux syndromes pré-menstruel qui peuvent présenter des symptômes similaires chez certaines femmes.   Gardez bien en tête que ce qui doit vous alerter avant tout, c’est la concordance de tous ces symptômes en mêmes temps, mais aussi (et surtout), leur durée dans le temps! Ces choses qui n’aident pas… La surcharge de travail et la multiplicité des tâches : même s’il existe un partage des taches beaucoup plus équitable de nos jours, les plus grandes responsabilités de la maison et de la famille (comme par exemple la santé des enfants) incombent encore souvent à la mère.   Le caractère monotone et répétitif des tâches à effectuer : on a parfois l’impression que les taches ne finissent jamais ce qui contribue à la sensation de stress prolongé.    L’absence de contrôle : le quotidien de maman est rempli de nombreux imprévus et de situations anxiogènes qui peuvent entretenir un sentiment d’impuissance.   La notion d’idéal inatteignable : nous n’avons jamais été plus soumises aux modèles de mamans parfaites, irréprochables. Cet idéal largement véhiculé par les médias, les réseaux sociaux, mais aussi

Lire la suite »
émotions

6 clés pour cultiver sa résilience au quotidien

Face aux innombrables aléas du quotidien, on se sent parfois dépassée et épuisée, et c’est bien normal! Même Wonder Woman a ses moments de faiblesse😉 Dans ces moments de fatigue intense, il est important de savoir accueillir ses failles et sa vulnérabilité avec bienveillance.   Cependant, quand arrive le moment de réagir, nous nous retrouvons face à un choix : nous avons le choix de décider que la démission, le renoncement est la seule option possible, ou au contraire nous pouvons décider de puiser dans notre force intérieure pour surmonter les obstacles en faisant preuve de résilience.   Vous vous demandez peut être ce qu’est la résilience et comment la pratiquer au quotidien? Je vous dis tout dans cet article!  Comprendre le principe de “résilience” La résilience est à la capacité d’une personne à s’adapter, à rebondir et à se développer positivement face à l’adversité, au stress ou aux traumatismes.   Dans le quotidien, elle s’exprime dans notre capacité à faire face aux défis de la vie, à surmonter les obstacles et à se remettre des situations difficiles, souvent avec une plus grande force et une plus grande résolution.   La résilience ne signifie pas que l’on évite les difficultés ou que l’on ne ressent pas de douleur émotionnelle lors des épreuves. Être résilient signifie plutôt que l’on parvient à naviguer à travers ces défis, tout en préservant son bien-être mental et émotionnel.    Comment cultiver sa résilience au quotidien? La résilience repose souvent sur plusieurs facteurs, que nous allons voir tout de suite ensemble! 1- Ne pas confondre résilience et résignation Avant toute chose, il me semble essentiel de connaître la différence (subtile, certes, mais significative!) entre la résilience et la résignation.   La résilience implique d’affronter les défis de la vie avec courage et détermination, en cherchant des solutions et en s’adaptant aux circonstances. C’est une qualité précieuse qui nous permet de rebondir après une épreuve, de grandir et de continuer à nous épanouir malgré les difficultés rencontrées sur notre chemin.   La résignation, elle, consiste à accepter passivement les situations difficiles, sans chercher à les changer ou à s’en sortir. C’est se laisser submerger par les obstacles, abandonner ses rêves et ses aspirations, en croyant à tort que rien ne peut être fait pour améliorer les choses. 2- Faire la paix avec ses émotions L’une des clés essentielles de la résilience consiste à accueillir ses émotions avec bienveillance et sans jugement.   Accueillir ses émotions implique : de leur donner leur juste place au quotidien : ne pas les mettre à distance, mais ne pas non plus les laisser vous envahir. savoir écouter le message qu’elles vous apportent sur vous même et sur vos besoins.  Certains outils peuvent vous aider à travailler quotidiennement sur vos émotions, comme par exemple le journaling, la pleine conscience, ou encore le modèle de Brooke et l’EFT. Pour aller plus loin, découvre l’article Emotions négatives : 5 étapes pour les accompagner sainement au quotidien.  3- Cultiver la confiance en soi La confiance en soi est un état d’esprit et une attitude positive envers soi-même. C’est la conviction intérieure que vous avez en vos propres capacités, vos compétences, vos valeurs et vos forces en tant qu’individu.   La confiance en soi est une compétence qui évolue constamment au fil du temps, et qui peut être développée et renforcée. Cultiver la confiance en soi nécessite souvent un travail sur soi-même, notamment au travers de l’exploration de ses pensées et croyances limitantes, de la prise de risques (sortir de sa zone de confort), de l’acquisition de nouvelles compétences, et du renforcement des relations positives.   Avoir confiance en soi signifie croire en sa capacité à faire face aux défis de la vie, à surmonter les obstacles et à atteindre ses objectifs. C’est donc un élément essentiel dans le développement de la résilience! 4- Développer des relations positives Que ce soit la famille, les amis ou mêmes d’autres personnes partageant les mêmes défis que nous, l’entourage peut être un pilier de notre résilience.   Pouvoir s’appuyer sur des relations solides, que ce soit émotionnellement ou matériellement, nous aide à appréhender les situations difficiles avec plus de confiance et de sérénité. Les échanges de points du vue et les perspectives différentes données par notre entourage face à une situation peuvent également nous enrichir de stratégies nouvelles et renforcer nos ressources intérieures!   N’hésitez pas à échanger et à aller chercher de la ressource auprès des personnes bienveillantes qui vous entourent!  5- Adopter la pensée positive La vie nous offre souvent une multitude de défis, pourtant au cœur de chaque épreuve peut se trouver une opportunité de croissance et de transformation. Adopter une pensée plus positive, c’est choisir de voir la lumière même dans les moments les plus sombres.   Peut-être avez vous entendu parler de loi de l’attraction? Ou encore de la méthode coué? Peu importe comment vous l’appellerez, le principe reste le même : nos pensées déterminent nos actions, et nos actions déterminent nos résultats. Autrement dit, aborder les choses sous un angle positif vous permettra d’entrevoir des solutions allant vers une résolution positive elle aussi. Le positif attire le positif, c’est l’une des grandes lois de l’Univers! (mais ça, c’est une autre histoire 😉…)   Il existe de nombreuses occasions dans le quotidien de cultiver des pensées positives, notamment en utilisant les affirmations positives, ou encore la gratitude. Essayez-vous verrez qu’avez le temps cela deviendra de plus en plus facile pour votre cerveau! 6- Pratiquer l’auto-compassion L’auto-compassion, quelquefois appelé aussi “self-care“, consiste à offrir à notre propre être la même tendresse et le même soutien qu’à un ami en difficulté. C’est porter sur soi un regard bienveillant et compréhensif, c’est accepter nos imperfections et notre vulnérabilité sans jugements. C’est se témoigner de l’amour.    Prendre soin de soi avec douceur et patience peut paraître totalement contre-intuitif lorsqu’on se sent submergé par une situation! Pourtant, c’est précisément dans ces moments que nous en avons le plus besoin. Conclusion Être résilient ne signifie pas ignorer ses

Lire la suite »
stress, anxiété

5 clés pour enfin s’autoriser à prendre du temps pour soi!

La vie de mère est une aventure extraordinaire, remplie d’amour, de joie…et surtout de défis quotidiens! Entre les courses, les devoirs, les repas et les câlins, il nous semble parfois impossible de trouver un moment pour soi. Pourtant, prendre soin de soi est une réelle priorité, d’autant plus lorsqu’on est responsable des autres!  Prendre du temps pour soi est non seulement bénéfique pour votre bien-être, mais c’est aussi un acte d’amour, envers soi-même d’abord, mais aussi par extension envers sa famille!  Dans cet article, je vous donne les 5 clés qui vous permettront d’enfin vous autoriser à prendre ces quelques instants pour vous. Pour recharger vos batteries, retrouver votre équilibre intérieur et vous épanouir dans votre rôle de mère! 1- Reconnaître l’importance de prendre du temps pour soi Avant toute autre chose, la première question à laquelle il est essentiel de répondre est : Pourquoi est-il INDISPENSABLE de prendre du temps pour soi?   Car oui, il s’agit bien ici d’une nécessité et non d’un luxe que vous vous octroyez pour votre confort personnel! Et cette prise de conscience est essentielle pour enfin vous autoriser à relâcher la pression.  Préserver votre bien-être global Prendre du temps pour soi, c’est s’accorder un moment privilégié pour nourrir son corps, son esprit et son âme. Lire un livre, contempler la nature, aller marcher quelques minutes sont autant de petits pas accomplis dans votre démarche de mieux-être. La vie de maman est prenante, parfois même débordante…mais il faut veiller à ne pas s’oublier au milieu de ce tumulte!   Prendre du temps pour soi, aide à recharger ses batteries, à se sentir revitalisée physiquement et émotionnellement. C’est agir au quotidien en conscience pour son équilibre de vie.  Retrouver le bien-être maternel On a souvent conscience, en tant que maman, qu’il est important de prendre soin de sa santé physique. Qui n’a jamais connu le scénario apocalyptique d’être clouée sur place par un gros virus alors que les enfants courent partout dans la maison! Si notre corps nous lâche, se sont toutes les tâches indispensables de la vie de maman qui en pâtissent…   Mais ce qui nous échappe parfois, c’est qu’il en va de même pour notre santé mentale! Se sentir apaisée, détendue et confiante est tout aussi indispensable pour assurer notre rôle maternel, et s’y épanouir!  En prenant soin de vous, vous cultivez la patience, la résilience et la créativité. Vous apprenez à mieux vous connaître, à écouter vos besoins et à respecter vos limites.    Prendre du temps pour soi, c’est donc aussi agir activement pour prévenir le burn–out maternel.  2- Identifier les obstacles externes Être convaincue du bienfondé de prendre du temps pour soi ne suffit pas toujours pour y arriver vraiment. Nous devons faire face à de nombreux obstacles pour mettre en pratique ces bonnes résolutions. Il va être important d’identifier ces freins, pour pouvoir mettre en place de nouvelles habitudes et atteindre vos objectifs. Le manque de temps Votre emploi du temps est souvent toujours trop rempli. Entre obligations familiales, professionnelles et personnelles, trouver du temps pour soi nous paraît souvent impossible pour notre cerveau déjà en surchauffe! Pourtant, il est souvent plus facile qu’on ne le pense de se créer des moments de pause…   Pour cela, il existe deux règles essentielles à garder en tête :    1-Ce n’est pas la quantité qui compte mais la qualité : mieux vaut 5 minutes de totale détente sans culpabilité, que 20 minutes en pensant à tous ce que vous allez devoir rattraper ensuite dans votre planning de ministre!   2-Vous êtes responsable de ce à quoi vous utilisez votre temps : plutôt que de scroller sur votre téléphone en laissant défiler les vidéos de mamans débordées (comme vous!) sur instagram, pourquoi ne pas utiliser ce temps pour apprendre une nouvelle compétence ou vous exercer à la méditation?  encart sur mini coaching trouver du temps pour soi La pression sociale Les attentes de la société ou de notre entourage, la peur du regard des autres et du jugement nous coupent parfois de nos besoins et de nos envies. Être tributaire des opinions de son entourage, c’est se priver de son pouvoir de décision.  N’oubliez jamais que chaque personne est unique et que vous êtes la mieux placée pour savoir ce qui est bon pour vous et votre famille!  Le manque de soutien Le manque de soutien de l’entourage peut renforcer les sentiments de culpabilité et d’isolement. Il est important de chercher autour de vous des personnes bienveillantes qui pourront vous apporter un soutien à la fois matériellement et moralement! Il peut s’agir de proches, d’amis, de professionnels ou encore de groupes de soutien en ligne. Le partage de vos expériences et de vos défis avec des personnes qui vous comprennent sera une incroyable source d’encouragement et de motivation! 3- Surmonter ses freins internes La culpabilité De nombreuses femmes se sentent coupables à l’idée de prendre du temps pour elles. Elles ont le sentiment de négliger leurs enfants et de délaisser leurs obligations familiales.   Si c’est votre cas, il est essentiel de comprendre que prendre soin de vous n’est pas un acte égoïste. Souvenez-vous de ce que nous avons dit plus haut : prendre du temps pour soi est une nécessité et vous aidera à être une mère épanouie et équilibrée. Le “devoir de sacrifice” Beaucoup de femmes se sentent obligées de faire passer les besoins des autres avant les leurs…c’est ce que l’on appelle l’”héritage du sacrifice”! Celui-ci est souvent ancré en nous depuis l’enfance, en raison de biais éducatifs ou transgénérationnels.   Est-ce que votre petite voix intérieure vous dit que vous êtes égoïste chaque fois que vous prenez un peu de temps pour vous? Alors il y a fort à parier que le devoir de sacrifice soit là dessous! La résistance au lâcher-prise Lâcher prise peut être un véritable défi personnel, surtout lorsque l’on est habituée à être constamment en alerte et à tout contrôler. La plupart du temps, derrière la résistance à lâcher-prise se cache

Lire la suite »